Plus d’impôts, plus de dettes, moins de services”… mais une statue !

Tribune des mois de juillet-août 2018

Deux augmentations d’impôts successives, 45% de dette supplémentaire en 3 ans, plus de commissariat, ni de patinoire, ni de sécurité sociale, plus d’assistantes maternelles …

Mais il y aura une statue à la Galathée évaluée à 150 000 euros…. Le “Pôle santé” a coûté avec le point Police plus de 780 000 euros en investissement et près de 115 000 euros en frais de fonctionnement annuel. Bien qu’on ne comprenne toujours pas à quoi il va servir … quand il ouvrira enfin. Il n’aurait vocation qu’à faire de la prévention, pas à aider l’installation de nouveaux médecins….

“Les solutions viendront après

Telle fut la déclaration  à une réunion publique le 14 mai 2008, du maire de notre ville, favorable à l’installation d’un centre de rétention administrative. C’était il y a 10 ans et les choses n’ont pas changé depuis. En 2018, la majorité veut aménager la Galathée avec une statue mais l’évaluation du projet viendra plus tard…

Des employés municipaux dotés d’arme à feu : un réel progrès?

A Liège le 29 mai dernier, un terroriste armé d’un couteau a agressé puis tué deux policières municipales avec l’arme à feu qu’il avait subtilisée à l’une d’elle. Il a ensuite tué une autre personne. Nous nous joignons bien sûr à la douleur des victimes. Mais ce drame affreux démontre qu’une arme à feu est faite pour s’en servir et que, plus il y a d’armes en circulation, sur l’espace public, plus il y a de risques de bavures, d’accidents voire de crimes.

Or, nous n’avons toujours aucun argument rationnel pour doter d’armes à feu nos employés municipaux. Le seul argument est de protéger nos policiers municipaux mais le drame de Liège témoigne du contraire !

La légalisation de l’illégalité

Les constructions en zone N (zone dite Naturelle dans le Plan Locale d’Urbanisme), notamment les parkings, se multiplient.  Pourtant la mairie soit légalise soit ne revient pas sur la construction. Madame le Maire veut faire la maison des familles sur une zone N dans le parc de la Galathée : on fait, le préfet légalise. Bientôt Deuil-la Barre ne sera que béton. Et comment, désormais, refuser à un autre citoyen de s’approprier un terrain en zone N ?

 

Faire de la politique, c’est avoir une vision stratégique et non mener des projets sans diagnostic préalable, sans concertation, sans évaluation, voire sans budget.

BON ETE à tou(te)s

“Ce que je comprends, Monsieur RIZZOLI, est que vous auriez fait moins de dette, plus de services et pas d’augmentation d’impôts. Il faudra m’expliquer.” Madame le Maire (Conseil municipal du 30 juin 2017, vote du compte administratif 2016). C’était pourtant son engagement de campagne !

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Budget 2018 en berne

 

Élus minoritaires, élus à part entière!

Budget 2018 en berne

Plus d’impôts, plus de dette, moins de services

 

Des budgets qui se suivent et se ressemblent

D’une année à l’autre, les budgets se ressemblent avec une situation financière très précaire.

Des paroles et des actes

Notons tout d’abord l’explosion de la dette depuis 3 ans : de 23,4M€ en 2015 à 34,2M€ en 2018, soit plus de 46% de hausse ! En réponse à cet endettement, on assiste à une hausse massive des impôts. Ainsi, après 5% l’an dernier, ce sont de nouveau 5% de hausse supplémentaire qui sont programmés cette année et même 6,9% si on intègre l’augmentation des valeurs locatives qui servent de base au calcul des impôts locaux. Ceci représente plus de 50€ par foyer fiscal soit près de 100€ sur 2 ans. De l’aveu même de l’équipe aux commandes, cette hausse devrait permettre de faire face à l’apurement des emprunts toxiques contractés entre 2009 et 2010. Cependant, l’équipe municipale actuelle, en réalité la même majorité, ne pouvait ignorer lors des dernières élections municipales le poids de ces emprunts et leurs conséquences pour l’avenir. Ce qui ne l’a pas empêché d’afficher dans son programme la promesse d’une baisse de la pression fiscale !
Rappel de l’engagement numéro 1 : « je réduirai la pression fiscale des ménages… » cf. documents de campagne « 20 engagements » et « des engagements et des actes ».

 

Un budget sans vision politique

Les dépenses de fonctionnement sont globalement en baisse au prix de la suppression de nombreux services : Nouvelles Activités Périscolaires (NAP), crèche familiale… et plus récemment patinoire. En revanche, de nouvelles dépenses apparaissent difficilement compréhensibles. Il en va ainsi de celles liées à l’ouverture d’un « pôle santé » (115 000 €/an) dont nous n’avons toujours pas bien perçu l’utilité puisqu’il s’agirait d’un simple parcours conseil et non d’une nouvelle offre médicale ou paramédicale dont manquent malheureusement cruellement les Deuillois.

En conclusion, même si certains projets peuvent recueillir notre adhésion, l’affectation des crédits d’investissement disponibles donne l’impression d’un saupoudrage. L’ensemble manque malheureusement de visibilité (à l’image de l’avenir de la patinoire) et d’une vision politique qui serait pourtant la bienvenue.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil »,

Le difficile exercice du bilan et de la démocratie participative

Tribune des mois de Janvier-février 2018

Etat des lieux

Cafés citoyens, comités de quartier et conseils consultatifs communaux sont désormais l’Alpha et l’Omega de la démocratie participative dans notre commune. Il est vrai qu’à l’exception de quelques sporadiques comités de quartier on partait de loin en la matière.

Le bilan de mi-mandat et son café citoyen

L’exercice de démocratie participative fut particulièrement périlleux à l’occasion du bilan de mi-mandat de la majorité municipale.

 

Celui-ci s’est tout d’abord décliné en un volumineux magazine hors-série de 32 pages narrant avec emphase les réalisations de l’équipe aux commandes. Bien que représentant 44,5 % des voix, l’opposition n’a eu le droit de s’exprimer que sur une page. Mais c’est déjà mieux que le précédent numéro spécial, pour lequel la mairie nous avait « oubliés» !

 

A cela s’est ajouté le café citoyen du premier décembre. D’après sa fédération, un café citoyen est une rencontre conviviale entre citoyens qui choisissent les termes du débat.

Or, après l’introduction de Madame le Maire, s’enorgueillissant d’une démocratie participative exemplaire, s’en est suivi plus de deux heures de monologues d’élus reprenant le texte de leur hors série. Dire que rien n’a été entrepris serait faux, certains élus se sont impliqués avec sérieux et conviction, forts de l’expérience acquise au cours des longues années des mandats précédents…

Dans le détail

Cet exercice d’information descendante n’a cependant pas été vain.

 

Ainsi a-t-on pu avoir confirmation de l’impact majeur des emprunts toxiques sur les finances municipales. Thème maintes fois abordé dans nos tribunes, tant notre frustration fut vive devant le refus de nous communiquer le détail de calcul du modeste 700 000 euros de surcoût par rapport à des emprunts classiques annoncé dans le magazine municipal d’avril 2016.

 

Concernant la fermeture du passage à niveau « PN4 », ni la décision ni la concertation n’émanent de la municipalité. C’est SNCF Réseau qui a piloté la concertation, après décision de l’état.

 

Enfin, malgré des informations sur certains projets de nouveaux logements, nous sommes restés sur notre faim concernant les projets de parking, la réelle vocation du pôle santé, le Plan Local de Déplacement et surtout les modalités de concertation de la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) en cours.

 

Bref, si des progrès ont été réalisés, le chemin vers la démocratie participative est encore long. Rendez-vous dans 3 ans ?

 

Notre groupe vous adresse à toutes et tous ses meilleurs vœux pour 2018 !

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe

« ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuil

La gestion de la municipalité épinglée par la Chambre Régionale des Comptes

Tribune mois de Juillet – Août 2017

Saisie par le préfet pour des irrégularités comptables, la Chambre régionale des comptes (CRC) s’est penchée sur les finances de notre commune.

Gestion erratique des deniers communaux

La Chambre Régionale des Comptes souligne tout d’abord des négligences dans l’élaboration du budget et la présentation des comptes aboutissant à un déséquilibre budgétaire de plus de cinq cent mille euros alors que les communes ont l’obligation d’équilibrer leurs comptes. La CRC pointe ensuite une gestion erratique des deniers communaux.

Ainsi malgré une baisse des dotations de l’état qui est malheureusement l’apanage de toutes les communes, les charges à caractère général, les charges de personnels et les subventions n’ont cessé d’augmenter depuis 2012, à un rythme bien supérieur à celui de l’inflation. Sans oublier les lourdes charges liées aux emprunts toxiques et à leur apurement qui grèveront pour longtemps le budget de la commune, comme nous en avons déjà fait état dans une précédente tribune.

Leçon de finance

Pire, après avoir élaboré un plan de redressement financier avec les services de la préfecture fin 2016, la commune s’en est écartée dès le budget suivant en lançant un emprunt de trois millions d’euros au lieu d’un prévu.

Devant une telle situation l’institution se permet même de donner une leçon de gestion  en égrainant les pistes d’économie possibles : budget « fêtes et cérémonies », subventions…

Navigation à vue

Face à ce défi, l’équipe dirigeante a réagi en diminuant les dépenses sociales au service des deuillois : suppression des nouvelles activités périscolaires à destination des écoliers, suppression de la crèche familiale… tout en augmentant la pression fiscale, au mépris de ses promesses de campagne.

Elle multiplie en revanche les projets d’équipement à l’utilité plus que discutable :

–       Un point santé et police place de la nation aux contours et à la finalité flous mais au coût bien réel

–       Un nouveau parking sur la RN928, soi-disant pour l’accès au stade : un comble pour un équipement de proximité où l’on est censé faire de l’exercice physique !

–       Dans le cadre de l’aménagement du PN4, une nouvelle liaison routière vers la Galathée qui n’aura d’autres conséquences que d’augmenter la circulation automobile et d’ouvrir à l’urbanisation un des derniers espaces verts de notre commune.

Le contexte financier délicat de notre commune commande une priorisation des dépenses : plus de services pour les deuillois et moins d’investissements inutiles.

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

Budget 2017 – “plus de dettes, plus d’impôts, moins de services”

Tribune des mois de mai/juin 2017

AUGMENTATION MASSIVE :

DE VOS IMPÔTS : plus 30 % la part départementale des impôts fonciers et plus de 10 % des impôts de la commune dans les deux prochaines années,

– DE VOTRE DETTE : 2014 : 24 millions d’euros. Prévisionnel 2021 : 32 millions.

 

MOINS :

 DE SERVICES : fin des nouvelles activités périscolaires, fermeture de la crèche familiale, suppression partielle de la cantine le mercredi, report des travaux de mise aux normes pour les personnes handicapées.

 

 DE DÉMOCRATIE LOCALE : pas de démocratie participative (promesse de campagne, de concertation municipale, ni de respect de l’opposition.

 

L’amnésie pour politique :

La majorité affirme que, lors de la campagne des municipales de 2014, elle ne connaissait pas les problèmes budgétaires de la Nation engendrée par la gestion catastrophique de M. Sarkozy et de M. Fillon : entre 2007 et 2012, la dette publique a augmenté de 600 milliards d’euros et le déficit public de 53 milliards.

Non, la future majorité municipale savait pour la baisse des dotation de l’état ! Son premier tract de campagne stipulait : « Toutes les informations dont nous disposons témoignent d’une prochaine diminution des ressources communales provenant de l’État, mais aussi de la région et du département… » tout en promettant une baisse de la pression fiscale des Deuillois…

 

L’incompétence pour politique

Après avoir voté les emprunts toxiques (moins de 4 % des communes concernées en France), la droite locale vous fait passer, chers Deuillois, à la caisse : 1 million 200.000 d’euros cette année ! Depuis 5 ans, les dépenses de fonctionnement de cette mairie explosent : de 22 millions en 2010 à 26 millions en 2014 avec pas moins de 1,5 millions d’euros d’augmentation en 2014. Les charges salariales augmentent à la même vitesse que diminuent les dotations de l’état.

 

Le conservatisme comme politique

Toute la vallée de Montmorency fréquente notre patinoire mais seuls les Deuillois paient chaque année plus de 500 000 euros pour son fonctionnement. Pendant ce temps, Enghien les bains reçoit annuellement 20 millions d’euros du produit des jeux du Casino … en délégation de service public, comme pour la patinoire…  A eux les gains, à nous les dépenses !

Le non respect de promesses électorales, que ce soient celles de la majorité de droite à Deuil-la Barre ou d’autres au niveau national, creuse l’écart entre les citoyens et le Politique, ce qui fait le jeu de l’abstention et du Front National.

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

Budget : l’austérité au programme

 Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil »

Élus minoritaires, élus à part entière!

Tribune des mois de mai/juin 2016

Budget : l’austérité au programme

Des finances dans le rouge vif…

Les chiffres qui nous ont été présentés à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire du 4 avril dernier suivi du vote du budget primitif de la ville le 11 avril sont particulièrement préoccupants.

Ils font apparaître une épargne nette largement négative, de – 1 à -2 M€ de façon quasi-ininterrompue de 2014 à 2018. La commune est donc dans l’incapacité de faire face au remboursement du capital de ses nombreux emprunts avec son épargne propre.

… que les facteurs externes ne sauraient expliquer

Bien que martelée avec insistance par la majorité en place, la baisse progressive de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) versée par l’état aux communes, aussi avec nos impôts, est loin de justifier à elle seule cette mauvaise santé financière. La sortie des emprunts toxiques (taux variables non plafonnés) contractés par la majorité (à savoir 5, 4 M€ en 2007 et 3,4 M€ en 2010), a nécessité de recourir à un nouvel emprunt de 12,4 M€. Cette même majorité annonce dans son magazine une charge supplémentaire pour les Deuillois de seulement 0,7M€ au total par rapport à des emprunts à taux fixe. Nous estimons, pour notre part, que ce chiffre est beaucoup plus élevé même si une bonne partie du surcoût est pris en charge par l’état, encore et toujours avec nos impôts.

Les causes de la mauvaise santé financière de la ville sont donc à chercher ailleurs. En témoignent les dépenses de fonctionnement en forte hausse ces dernières années, comme nous l’avons pointé dans notre tribune précédente.

Des investissements durablement contraints

Les réponses de la municipalité pour équilibrer le budget s’apparente à une fuite en avant : nouvel emprunt de 2,5 M€ et vente de biens immobiliers, propriété de la commune, pour environ 1,5 M€. A cela s’ajoute encore une baisse de la subvention de fonctionnement du CCAS, l’optimisation des dépenses de fonctionnement (seulement 360 k€ sur 27 M€), la « valorisation » du patrimoine et des services municipaux (hausse du prix de la cantine scolaire, location de salles, etc.) au motif que dorénavant il faut faire payer les usagers.

Au-delà de ces réponses de court terme, se profile une baisse durable des dépenses d’investissement qui ne sont déjà pas vaillantes. Pourtant, les besoins de notre commune sont indispensables en matière de rénovation d’écoles, de mise en accessibilité de l’espace public sans parler d’un véritable programme de rénovation des bâtiments dans le cadre de la transition énergétique.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayard pour le groupe

 « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/

Concertation : de qui se moque-t-on ?

Élus minoritaires, élus à part entière !

Tribune mars 2016

 Après avoir annoncé en mai 2015 qu’elle supprimait, dès la rentrée, la cantine du mercredi pour les enfants n’allant pas au centre de loisirs, la majorité impose en décembre 2015 un règlement intérieur modifiant les conditions d’inscription aux activités périscolaires à compter de janvier 2016. Puis, la majorité augmente aussitôt les tarifs des services périscolaires et, surtout, ceux de la cantine ! Changer les règles dans l’urgence et par la force semble être devenu la règle.

RI périscolaire : des devoirs mais pas de droits !

Ce document, fruit d’un passage en force lors du conseil municipal de décembre (cf. tribune de février 2016) et distribué aux parents juste avant son entrée en vigueur… manque de rigueur et de clarté, notamment sur la définition des types d’accueil. Il acte les obligations des familles en matière d’inscription et de paiement mais, contrairement à ceux d’autres villes, comme Montmorency ou Enghien, ne comporte aucune indication sur les assurances, le droit à l’image, l’hygiène et la sécurité… Rien non plus sur les obligations et le fonctionnement des services, ni sur le respect des règles collectives (droits et devoirs du personnel, des familles, des enfants).

RI périscolaire : contrainte et autoritarisme

Pour les activités d’Inisports, l’interruption de l’activité sur présentation d’un certificat médical n’entraîne pas de pénalité, mais un mois de carence est retenu… Qu’est-ce donc qu’une pénalité pour la majorité ? L’inscription au centre de loisirs du mercredi doit être faite jusqu’à 45 jours à l’avance ! Aucune annulation sans frais n’est possible pendant ce délai, même avec un certificat médical, puisqu’un jour de carence est retenu (et qu’il est rare qu’un enfant soit malade deux mercredis de suite). Beaucoup de villes autorisent la modification des inscriptions dans des délais bien plus raisonnables, et sans justificatif, notamment Montmorency et même Saint-Gratien.

RI périscolaire : promesses et renoncements

La majorité, au pouvoir depuis des lustres, veut mieux organiser les personnels pour faire des économies… sur le dos des usagers. Pendant ce temps, aucune économie n’est prévue sur les dépenses des personnels, toujours aussi élevées, et l’engagement numéro 3, celui de la participation des Deuillois à la vie municipale, est foulé aux pieds.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard Le site http://changerdeuil.fr