Deuil-La barre : au coeur de l’économie casino

Tribune du groupe “ChangeZ Deuil

 Elus minoritaires, élus à part entière

Février 2015

Le 31 janvier 2015, les 140.000 frontaliers français qui travaillent en Suisse ont vu leur salaire augmenter de 20 %. Au même moment, le taux d’intérêt concernant un emprunt pour 5 millions d’euros est passé de 15 % à 26 %? Le salaire des « frontaliers » et le remboursement des Deuillois ont en effet un point commun : la parité Euro/Franc suisse.

Un prêt ? Non : un produit financier toujours en faveur du banquier

La ville doit rembourser pendant 25 ans, 2 emprunts « structurés » dont un :

– Indexé sur le Franc Suisse depuis le 1/08/2013

– A taux variable « non capé » à la hausse, sans limite : un puits sans fond !

– Un taux capé à la baisse

– Des frais exorbitants pour en sortir et donc dissuasifs

Mais comment la majorité municipale a-t-elle pu signer un contrat dans laquelle, elle ne peut que perdre ? Indexés sur le hasard (la valeur d’une monnaie), ces emprunts ne sont pas des prêts mais des produits financiers. Or, dans un produit financier, celui qui met de l’argent devrait pouvoir gagner. Malheureusement, avec de tels contrats, seul le prêteur est gagnant.

Alors que depuis 3 ans, la Banque Nationale Suisse maintenait sa monnaie (CHF) à 1.20 CHF pour 1 euro, depuis le 15 janvier dernier, elle a libéré sa monnaie. Aujourd’hui, 1 CHF est égal à 1 euro ; pour faire simple :

Si 1.40 CHF vaut 1 euro : le taux de l’emprunt de 5 millions d’euros est de 7.5 %

Si 1.20 CHF vaut 1 euro : le taux passe à 16 %

Si 1 CHF vaut 1 euro, le taux arrive à 29 %!

Mais nous sommes peut-être sauvés par la chance car c’est le 13 juillet 2015 que sera validé, pour les 12 mois suivants, le taux de remboursement des 3 millions restant à payer… en fonction du prix du France suisse à cette même date.

Deuil-La barre : sa démocratie participative… ses impôts… son casino ?

A l’image du Grand Paris ou de l’élargissement de la communauté d’agglomération (magazine de décembre), il n’y a aucune tentative d’implication des Deuillois concernant les finances locales. Aujourd’hui, si nous choisissions de payer les traites de cet emprunt par l’impôt, ces derniers devraient augmenter de 3,5 % !

Il est bien regrettable que notre ville déjà à la périphérie d’Enghien les Bains ait voulu elle aussi se mettre aux jeux de hasard.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard site http://changerdeuil.fr/ , rendez-vous en mairie : « fabrice.rizzoli@changerdeuil.fr »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *