Vers la fin de la démocratie locale !

Tribune des mois de mars/avril 2017

 Conseils consultatifs communaux (CCC) : conseil municipal frustré

En Conseil municipal le 30 janvier, après une rapide présentation des travaux de ces conseils présidés par un élu majoritaire, nous avons attendu les propositions qui devait en découler, en vain… Quel manque de respect pour le travail fourni par les citoyens des CCC ! Mais comme les CCC pourraient-ils faire des propositions puisqu’il n’y a pas de démocratie participative dans la ville ? Enfin, nous constatons que le renouvellement des (nombreux) membres démissionnaires de ces conseils fut le fruit du réseau majoritaire. Voilà qui ne garantit guère la diversité et la pluralité des acteurs. Pour l’instant ces conseils consultatifs ne sont que de l’affichage et non de la « démocratie participative » (engagement de campagne).

 

PN4 : conseil municipal ostracisé !

Dans son dernier bimestriel, la municipalité dit travailler, depuis plus de deux ans, avec les acteurs institutionnels sur le projet de fermeture du PN4. Mais qu’est-ce la démocratie locale sans son seul organe délibératif : le conseil municipal ? Depuis 3 ans, nous demandons en séances publiques des informations sur l’avancement du projet de mise en sécurité du PN4. Cependant rien n’a filtré des négociations qui ont abouti à la décision de fermeture alors qu’elle remodèlera complètement un quartier dans la cité. Même si le maître d’ouvrage demeure la SNCF, le conseil municipal aurait dû être consulté ! Pour le PN4, nous sommes devant le fait accompli alors que des conseils municipaux (à huis clos…) sur le Grand Paris ou les emprunts toxiques, avaient été organisés. Pendant ce temps, la SNCF et ses partenaires organisent une concertation de qualité mais uniquement sur l’après fermeture. La majorité saura-t-elle en tirer les leçons pour les plans à venir : Plan Local d’Urbanisme, Agenda 21, PLD, etc…

 

EuropaCity : conseil municipal martyrisé !

Nous vous avons déjà présenté ce projet inepte et dangereux pour les finances publiques, l’environnement et les commerces de proximité, que l’avenue du Parisis, si elle se réalisait, mettrait au porte de la communauté d’agglomération… Nous avons proposé une motion en conseil municipal afin de débattre publiquement (et non pas en petit comité comme pour le PN4) et permettre à chaque élu de se prononcer. Une fois de plus, comme un seul homme, 27 voix rejettent notre motion car EuropaCity ne serait pas d’intérêt communal.

Pour rappel : votre maire est également vice-présidente du Conseil Départemental qui défend bec et ongles EuropaCity comme l’augmentation de 30 % des impôts fonciers !

Quant le cumul des mandats bâillonne la voix de la majorité et celle des Deuillois…

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzol, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

 

 

C’est quoi la démocratie ?

Tribune Numérique – Janvier 2017

La démocratie élective tourne au despotisme

A plusieurs reprises nous avons exposé les méthodes antidémocratiques de la majorité. Elle saisit toutes les occasions pour nous attaquer, par des remarques douteuses, en expliquant que nos interventions en conseil n’avaient pas de valeur : « de toute façon vos votes n’entrainent pas de décisions». Elle répond systématiquement à côté des questions posées en fin de conseil et, de plus en plus régulièrement, en mettant l’accent sur nos rares absences en commissions. Si elle lisait les rares, mais obligatoires, compte-rendu des commissions Madame Le Maire prendrait la mesure de l’absence endémique de nombre de ces adjoints et conseillers et du nombre croissant de sièges vacants en conseil. La majorité silencieuse est toujours moins visible qu’une opposition réactive, militante et impliquée.

Information n’est pas concertation ni participation

Le second engagement de DEDA (Des Engagements et Des Actes) est de mettre en place des instances de concertation et de participation. Madame Le Maire a remplacé les traditionnels vœux du maire par quelques « cafés citoyens » pour expliquer les projets et décisions impactant la ville. A l’avantage des vœux, les citoyens ont le droit de poser des questions. C’est juste pour s’informer, surtout pas pour être force de proposition. En revanche, c’est dans les « comités de quartier » que les citoyens peuvent s’exprimer sur des dossiers, souvent ficelés par avance, juste pour essayer de rendre leur quartier plus agréable en termes de sécurité et de propreté.  La majorité profite aussi de cet espace pour attaquer son opposition. Quand aux 3 « conseils consultatifs communaux » créés en juin 2015 on s’interroge sur leur feuille de route. Ils auraient dû rendre compte de leurs travaux il y a plus de 6 mois. L’une de ces commissions travaillerait pour la mise en valeur et l’identité de la ville. C’est elle qui aurait travaillé sur le futur plan local de déplacement …

La démocratie participative ?

La majorité s’est engagée à concerter les Deuillois sur d’autres grands projets qui dessineront l’avenir de la ville : Le Plan Local d’Urbanisme (PLU), la révision de l’agenda 21 et la fermeture du PN4. Concernant ce dernier, on vient d’apprendre que ce passage à niveau serait le plus dangereux de France. L’Etat aurait décidé de le fermer. Non, ce n’est pas la mairie qui va piloter cette concertation, c’est la SNCF ! Sur le site de la ville, le lien pour s’informer et donner son avis ne fonctionne pas. Pour dévier la circulation, son projet est de prolonger la rue Guynemer jusqu’à la Galathée en agrandissant aussi le pont de la rue de la plante des champs. Depuis des années, les riverains ont travaillé sur des alternatives à ce passage à niveau. Ils n’ont jamais été entendus. La concertation risque de se limiter encore à quelque cosmétique. On est en droit de s’inquiéter concernant le Plan Local d’Urbanisme et la révision de l’agenda 21.

Pourtant notre maire s’enorgueillit d’être allée bien au-delà de ses engagements de campagne.