La municipalité de nouveau dans la tourmente

Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil » juillet – août 2019

Élus minoritaires, élus à part entière!

On se souvient qu’en 2016, la municipalité avait décidé de fermer brutalement la crèche familiale entraînant la suppression de 29 postes d’assistantes maternelles assortie de nombreux licenciements secs. N’ayant reçu aucune proposition de reclassement, nombre d’entre elles avait saisi le tribunal administratif de Cergy. Ce dernier a rendu son jugement en avril dernier en donnant raison aux assistantes maternelles et en annulant les licenciements, fragilisant ainsi le processus de baisse des dépenses mis en avant par la municipalité.

Là encore, la mise en œuvre de cette décision très contestable (suppression d’un service pour les Deuillois) a été marquée d’un certain amateurisme. Sachant qu’une partie des assistantes maternelles étaient proches de la retraite, une approche plus progressive et conciliante eût été beaucoup plus judicieuse et aurait évité de se retrouver dans une telle situation.

Vous avez dit fake news ?

 La statue de la Galathée agite beaucoup les réseaux sociaux et certains élus de la majorité n’hésitent pas à y brandir des arguments chocs.

Ainsi, à une interrogation sur le financement de la statue, il a été répondu que la commune n’était plus endettée depuis le 1er janvier ! Rappelons que la dette de la commune au 1er janvier  s’élevait à plus de 31 M€…

De même, a-t-il été affirmé que 70% des Deuillois étaient favorables à la statue. En réponse à la question que nous avons posée en Conseil Municipal sur l’origine de ce chiffre de 70%, il nous a été répondu que c’était une impression générale basée sur des posts lus sur le sujet et le nombre de smileys qui y apparaissaient ! Ne votez plus, « likez » !

Notre groupe souhaite un bon été à tous les Deuillois en espérant qu’il ne sera pas trop caniculaire.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Crèche familiale : Encore la politique du choc !

Tribune des mois de novembre/décembre 2016

La municipalité annonce mi-septembre la fermeture de la crèche familiale au 31 décembre 2016 ! Cette structure accueille des enfants de moins de trois ans au domicile d’assistantes maternelles employées par la ville. Pourquoi la fermer ?

Des arguments discutables

Les parents privilégient l’accueil collectif à l’accueil individuel ? Certes, mais ils privilégient aussi l’accueil en crèche familiale à celui chez une assistante maternelle libérale…

La crèche familiale ne fait pas le plein ? Comment l’expliquer au vu du nombre des 450 demandes non satisfaites ? Comment a-t-on pu passer d’une capacité d’accueil de 74 enfants à 48 enfants accueillis au premier semestre 2016, et seulement 27 cette année ? On pense à une mauvaise gestion ayant conduit à la dégradation du service ou à une volonté de détruire un service trop coûteux pour une mairie qui s’était engagée « à favoriser la réussite éducative des bébés » (engagement 18) ?

Une méthode inacceptable

Pense-t-on aux bouleversements que cela implique pour les enfants ? Peut-on accorder à des parents une place en crèche familiale au mois d’août pour leur annoncer la fermeture de celle-ci mi-septembre ? Est-il concevable de laisser aux 21 assistantes maternelles licenciées trois mois pour décider de leur avenir (retraite, reconversion, statut indépendant) ? Les assistantes maternelles et les parents, mis devant le fait accompli, souhaitent que la décision de fermeture soit au moins reportée à la fin de l’année scolaire en cours afin de permettre une mise en œuvre plus sereine. Seront-ils entendus ?

Une politique « à la hache »

Si l’on peut entendre les arguments financiers, la méthode est une fois de plus digne d’une politique du choc : une méthode qui consiste à prendre des décisions sans concertation et à les mettre en œuvre de façon expéditive, mettant ainsi en difficulté les personnes concernées : pour empêcher toute réaction efficace de leur part ?

Cette décision intervient après la restriction de l’accès aux cantines scolaires le mercredi, l’augmentation des tarifs et le durcissement du règlement intérieur des activités périscolaires et la fermeture de la maison de la réussite éducative… malgré son second engagement de « mettre en place des instances de concertation et de participation pour les Deuillois ». Devrions-nous nous réjouir de cette municipalité décidée à tenir à tout prix sa promesse de ne pas augmenter les impôts en détruisant progressivement des services à la population et en augmentant des charges incombant à certains de ses administrés ?

Pendant ce temps, Madame Scolan vice-présidente du Conseil départemental a augmenté nos impôts de 31 %! Encore un choc !

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuilE