Patinoire à l’agonie

Tribune des mois de novembre/décembre 2017

 

Une situation prévisible : des populations mise en danger ?

Un édifice dangereux pour les Deuillois 

Le 8 septembre, les Deuillois apprenaient la fermeture de la patinoire par une annonce faite en plein forum des associations : quel le timing !

Vu la gravité de la situation, il n’est pas acceptable d’avoir communiqué uniquement sur facebook : sans aucune information sur le site internet de la mairie, ni même à destination des élus !

Par ailleurs, les Deuillois doivent savoir que cette fermeture fait suite à un audit préalable à une demande de mise en commun de cet équipement au sein de l’agglomération Plaine-Vallée.

Sans ce projet de mutualisation, que notre groupe minoritaire demande sans relâche depuis 2014, l’état de délabrement avancé de la patinoire n’aurait pas été soupçonné.

Pendant combien de temps, la gestion de cet équipement par la majorité municipale, a-t-elle fait courir un risque aux usagers ?

Deuillois « vaches à lait », Enghien engraissée

Les Deuillois paient seuls les 500 000 euros de dépenses annuelles de cette patinoire « familiale » alors qu’ils ne représentent que 36 % des usagers. Et si la patinoire ferme définitivement, les Deuillois paieront seuls la sortie de la Délégation de Service Public !

Elue depuis 29 ans et régulièrement colistière du maire d’Enghien, Madame le Maire, ne trouve rien à redire à ce que depuis 1969, date de la construction de la patinoire, la ville d’Enghien n’apporte aucune contribution ! Pourtant, Enghien les bains perçoit 20 millions par an du produit des jeux du casino et des générations d’Enghiennois ont appris à patiner chez nous. Notez que le stade, lui, est intercommunal Deuil-Enghien….

La mutualisation des égoïsmes politiques ?

Lors de la création de la CAVAM autour de 9 villes, un seul équipement fut mutualisé : le centre nautique de la Vague ; sur la commune de son président…

A la lancinante question de la mutualisation posée en 2014 et 2015 en conseil municipal, nous nous sommes vus répondre : « en 2016 quand nous aurons notre nouvelle communauté d’agglomération  de 14 communes… ». Nous voilà en 2017 et rien n’a été fait…

Après les emprunts toxiques, la fermeture de crèche famille, la fin des activités périscolaires, l’augmentation de 31 % des impôts locaux (commune et département), les Deuillois, avec la patinoire, subissent à nouveau les errements en gestion d’une majorité au pouvoir depuis 1947.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe

« ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuil

 

 

 

Deuil-La barre : au coeur de l’économie casino

Tribune du groupe “ChangeZ Deuil

 Elus minoritaires, élus à part entière

Février 2015

Le 31 janvier 2015, les 140.000 frontaliers français qui travaillent en Suisse ont vu leur salaire augmenter de 20 %. Au même moment, le taux d’intérêt concernant un emprunt pour 5 millions d’euros est passé de 15 % à 26 %? Le salaire des « frontaliers » et le remboursement des Deuillois ont en effet un point commun : la parité Euro/Franc suisse.

Un prêt ? Non : un produit financier toujours en faveur du banquier

La ville doit rembourser pendant 25 ans, 2 emprunts « structurés » dont un :

– Indexé sur le Franc Suisse depuis le 1/08/2013

– A taux variable « non capé » à la hausse, sans limite : un puits sans fond !

– Un taux capé à la baisse

– Des frais exorbitants pour en sortir et donc dissuasifs

Mais comment la majorité municipale a-t-elle pu signer un contrat dans laquelle, elle ne peut que perdre ? Indexés sur le hasard (la valeur d’une monnaie), ces emprunts ne sont pas des prêts mais des produits financiers. Or, dans un produit financier, celui qui met de l’argent devrait pouvoir gagner. Malheureusement, avec de tels contrats, seul le prêteur est gagnant.

Alors que depuis 3 ans, la Banque Nationale Suisse maintenait sa monnaie (CHF) à 1.20 CHF pour 1 euro, depuis le 15 janvier dernier, elle a libéré sa monnaie. Aujourd’hui, 1 CHF est égal à 1 euro ; pour faire simple :

Si 1.40 CHF vaut 1 euro : le taux de l’emprunt de 5 millions d’euros est de 7.5 %

Si 1.20 CHF vaut 1 euro : le taux passe à 16 %

Si 1 CHF vaut 1 euro, le taux arrive à 29 %!

Mais nous sommes peut-être sauvés par la chance car c’est le 13 juillet 2015 que sera validé, pour les 12 mois suivants, le taux de remboursement des 3 millions restant à payer… en fonction du prix du France suisse à cette même date.

Deuil-La barre : sa démocratie participative… ses impôts… son casino ?

A l’image du Grand Paris ou de l’élargissement de la communauté d’agglomération (magazine de décembre), il n’y a aucune tentative d’implication des Deuillois concernant les finances locales. Aujourd’hui, si nous choisissions de payer les traites de cet emprunt par l’impôt, ces derniers devraient augmenter de 3,5 % !

Il est bien regrettable que notre ville déjà à la périphérie d’Enghien les Bains ait voulu elle aussi se mettre aux jeux de hasard.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard site http://changerdeuil.fr/ , rendez-vous en mairie : « fabrice.rizzoli@changerdeuil.fr »