Projet de l’avenue du Parisis (BIP) : l’abandon est encore loin

Tribune des mois de mai et juin 2018

 

Un conseil départemental « bulldozer »…

Faisant fi de la forte opposition populaire lors de la concertation de 2012, le conseil départemental a entrepris de réaliser le tronçon central de cette 2×2 voies routières en 2 parties distinctes : la section Est de Bonneuil à Groslay et la section Ouest de Groslay à Soisy via Deuil-La Barre.

… face à des associations qui protègent la nature et les revenus des ménages

C’était sans compter le Collectif Vivre sans BIP ! Déterminées, les 3 principales associations le composant : les Amis de la Terre Val d’Oise, Val d’Oise Environnement et SOS vallée de Montmorency, ont déposé un recours au tribunal administratif (TA) en vue d’annuler la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) de la section Est, aux motifs de fond suivants :

Des atteintes à l’environnement irréversibles dues à l’infrastructure : destruction de zones naturelles et agricoles
Des nuisances majeures dues à la circulation prévue : bruit, émissions de polluants et de gaz à effet de serre…
Une inutilité avérée : peu de besoins de déplacements, aucun besoin économique
Un coût exorbitant : plus de 150 M€ pour la section Est et près de 500 M€ pour l’ensemble.

A l’heure où certains se demandent si l’Etat doit financer la dette de la SNCF, le département, déjà surendetté, n’a aucun état d’âme à faire supporter le coût du BIP à ses administrés, au prix de 31% de hausse d’impôts en 2016.

 

La justice avec les associations

Le 13 mars dernier, le TA de Cergy a donné raison aux associations en annulant la DUP ! Pour autant, le projet n’est malheureusement pas encore abandonné mais retardé. Soyez assurés qu’une fois la section Est réalisé, viendra le tronçon Ouest, défigurant la côte de Deuil!

Notre maire pour des projets inutiles et nocifs

Tant l’avenue du Parisis que l’invraisemblable projet de gigantesque centre commercial d’Europacity à Gonesse (cf. Tribune de juillet/août 2016), qui vient également de subir un important revers juridique au TA de Cergy, bénéficient du consentement de nos édiles locaux. Notre maire, qui cumule cette fonction avec la vice-présidence du conseil départemental, vote malheureusement systématiquement en faveur des décisions concernant ces deux projets.
La lutte pour l’abandon de l’avenue du Parisis risque d’être encore longue …

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe
« ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuil

 

Vers la fin de la démocratie locale !

Tribune des mois de mars/avril 2017

 Conseils consultatifs communaux (CCC) : conseil municipal frustré

En Conseil municipal le 30 janvier, après une rapide présentation des travaux de ces conseils présidés par un élu majoritaire, nous avons attendu les propositions qui devait en découler, en vain… Quel manque de respect pour le travail fourni par les citoyens des CCC ! Mais comme les CCC pourraient-ils faire des propositions puisqu’il n’y a pas de démocratie participative dans la ville ? Enfin, nous constatons que le renouvellement des (nombreux) membres démissionnaires de ces conseils fut le fruit du réseau majoritaire. Voilà qui ne garantit guère la diversité et la pluralité des acteurs. Pour l’instant ces conseils consultatifs ne sont que de l’affichage et non de la « démocratie participative » (engagement de campagne).

 

PN4 : conseil municipal ostracisé !

Dans son dernier bimestriel, la municipalité dit travailler, depuis plus de deux ans, avec les acteurs institutionnels sur le projet de fermeture du PN4. Mais qu’est-ce la démocratie locale sans son seul organe délibératif : le conseil municipal ? Depuis 3 ans, nous demandons en séances publiques des informations sur l’avancement du projet de mise en sécurité du PN4. Cependant rien n’a filtré des négociations qui ont abouti à la décision de fermeture alors qu’elle remodèlera complètement un quartier dans la cité. Même si le maître d’ouvrage demeure la SNCF, le conseil municipal aurait dû être consulté ! Pour le PN4, nous sommes devant le fait accompli alors que des conseils municipaux (à huis clos…) sur le Grand Paris ou les emprunts toxiques, avaient été organisés. Pendant ce temps, la SNCF et ses partenaires organisent une concertation de qualité mais uniquement sur l’après fermeture. La majorité saura-t-elle en tirer les leçons pour les plans à venir : Plan Local d’Urbanisme, Agenda 21, PLD, etc…

 

EuropaCity : conseil municipal martyrisé !

Nous vous avons déjà présenté ce projet inepte et dangereux pour les finances publiques, l’environnement et les commerces de proximité, que l’avenue du Parisis, si elle se réalisait, mettrait au porte de la communauté d’agglomération… Nous avons proposé une motion en conseil municipal afin de débattre publiquement (et non pas en petit comité comme pour le PN4) et permettre à chaque élu de se prononcer. Une fois de plus, comme un seul homme, 27 voix rejettent notre motion car EuropaCity ne serait pas d’intérêt communal.

Pour rappel : votre maire est également vice-présidente du Conseil Départemental qui défend bec et ongles EuropaCity comme l’augmentation de 30 % des impôts fonciers !

Quant le cumul des mandats bâillonne la voix de la majorité et celle des Deuillois…

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzol, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

 

 

EUROPACITY : Encore un projet nuisible !

Tribune juillet-Août 2016

Un projet pharaonique payé par le contribuable

Avec des centaines de milliers de mètre carrés dédiés aux commerces, aux loisirs, à la culture, à la restauration et à l’hôtellerie, ce projet, porté par une filiale d’AUCHAN, cofinancé par un groupe chinois et bénéficiant d’un milliard d’investissements publics, détruirait une des meilleures terre agricole d’Ile-de-France sur 80 hectares à l’est de Gonesse.

Un projet néfaste pour le tissu économique et social

Pourquoi cet énième centre commercial alors que 40 % d’entre eux sont déjà en crise ? Parce que nos élus valdoisiens, de droite et socialistes, sont séduits par ce projet censé dynamiser l’est du Val d’Oise. Mais le porte-monnaie des riverains n’est pas extensible ! Ce sont encore nos commerces de centre-ville qui en pâtiraient puisque l’avenue du Parisis (BIP) promue par ces mêmes élus aurait pour vocation de faciliter l’accès à EUROPACITY…

En outre, le cabinet McKinsey (cf. Vonews), dans une récente étude, divise par 7 l’impact sur le PIB avancé par le promoteur du projet. Alors que les promoteurs évaluent à 4 200 le nombre d’emplois générés lors de la construction du projet, McKinsey l’ajuste à 2 500. Et, ce sont surtout les travailleurs détachés (ressortissants étrangers issus de pays au statut social précaire) qui vont en bénéficier.

Immochan avance la création, dès son ouverture en 2024, de 11 800 emplois : en réalité, surtout des emplois précaires, peu qualifiés et à temps partiel. McKinsey les évalue à 1 400 tandis que l’étude mandatée par la commission du débat public les limite à 7 400. Face à de telles promesses fantaisistes du promoteur, cette commission prolonge le débat !

Un projet nuisible à l’environnement

Au lendemain de la COP21, ce temple de la consommation détruirait les circuits courts, le commerce et l’agriculture de proximité et augmenterait la circulation automobile (environ 300 000 déplacements par jour) et la consommation d’énergie (l’équivalent de 32 000 logements). C’est en totale contradiction avec les engagements de nos gouvernements, l’hiver dernier.

Un autre modèle de développement est possible

Il faut préserver le triangle de Gonesse en accompagnant une agriculture biologique qui alimente les restaurants scolaires du territoire et crée de vrais emplois. Des parcs paysagers et des fermes pédagogiques participeraient davantage au bien être et à la santé des habitants qu’une telle promesse de consommation boulimique et anxiogène.

Et si on travaillait avec les riverains pour connaître leurs besoins ?

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », Sources : « collectif pour le triangle de Gonesse »