Plus d’impôts, plus de dettes, moins de services”… mais une statue !

Tribune des mois de juillet-août 2018

Deux augmentations d’impôts successives, 45% de dette supplémentaire en 3 ans, plus de commissariat, ni de patinoire, ni de sécurité sociale, plus d’assistantes maternelles …

Mais il y aura une statue à la Galathée évaluée à 150 000 euros…. Le “Pôle santé” a coûté avec le point Police plus de 780 000 euros en investissement et près de 115 000 euros en frais de fonctionnement annuel. Bien qu’on ne comprenne toujours pas à quoi il va servir … quand il ouvrira enfin. Il n’aurait vocation qu’à faire de la prévention, pas à aider l’installation de nouveaux médecins….

“Les solutions viendront après

Telle fut la déclaration  à une réunion publique le 14 mai 2008, du maire de notre ville, favorable à l’installation d’un centre de rétention administrative. C’était il y a 10 ans et les choses n’ont pas changé depuis. En 2018, la majorité veut aménager la Galathée avec une statue mais l’évaluation du projet viendra plus tard…

Des employés municipaux dotés d’arme à feu : un réel progrès?

A Liège le 29 mai dernier, un terroriste armé d’un couteau a agressé puis tué deux policières municipales avec l’arme à feu qu’il avait subtilisée à l’une d’elle. Il a ensuite tué une autre personne. Nous nous joignons bien sûr à la douleur des victimes. Mais ce drame affreux démontre qu’une arme à feu est faite pour s’en servir et que, plus il y a d’armes en circulation, sur l’espace public, plus il y a de risques de bavures, d’accidents voire de crimes.

Or, nous n’avons toujours aucun argument rationnel pour doter d’armes à feu nos employés municipaux. Le seul argument est de protéger nos policiers municipaux mais le drame de Liège témoigne du contraire !

La légalisation de l’illégalité

Les constructions en zone N (zone dite Naturelle dans le Plan Locale d’Urbanisme), notamment les parkings, se multiplient.  Pourtant la mairie soit légalise soit ne revient pas sur la construction. Madame le Maire veut faire la maison des familles sur une zone N dans le parc de la Galathée : on fait, le préfet légalise. Bientôt Deuil-la Barre ne sera que béton. Et comment, désormais, refuser à un autre citoyen de s’approprier un terrain en zone N ?

 

Faire de la politique, c’est avoir une vision stratégique et non mener des projets sans diagnostic préalable, sans concertation, sans évaluation, voire sans budget.

BON ETE à tou(te)s

“Ce que je comprends, Monsieur RIZZOLI, est que vous auriez fait moins de dette, plus de services et pas d’augmentation d’impôts. Il faudra m’expliquer.” Madame le Maire (Conseil municipal du 30 juin 2017, vote du compte administratif 2016). C’était pourtant son engagement de campagne !

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Semaine des 4 jours

Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil» – Septembre/octobre 2017

Elus minoritaires, Elus à  part entière!

Non, l’école de la république ne peut pas être une variable d’ajustement du budget de la commune !

Une décision à la hâte !

Le 21 juin, en commission Jeunesse et Sport, la seconde adjointe imaginait difficilement la possibilité de passer à  4 jours d’école en septembre, malgré des décisions déjà  prises par certaines communes voisines. Le 23 juin la délibération n’était pas à  l’ordre du jour du Conseil Municipal. Le 27 juin parait le décret autorisant cette « expérimentation ». Le 28 juin, l’ordre du jour du CM a été modifié. Le 30 juin, la majorité vote pour le passage à  4 jours de classe dans nos écoles. Le CM pas encore achevé, la municipalité communique officiellement cette décision avec des documents préfabriqués ! C’était déjà  ficelé par avance, sans permettre un débat de fond !

Si l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance !

Cette décision faciliterait l’organisation pour nombre de parents, surtout depuis qu’il y a eu la réduction de la cantine le mercredi. Elle diminue le nombre de jours de présence à  l’école des professeurs ainsi que des agents. Elle pourrait faire faire des économies. Encore un coup de canif à  l’engagement de « tout mettre en oeuvre pour la réussite éducative des enfants ». Car ce sont bien eux qu’il faut mettre au centre du système Educatif. La France est le pays d’Europe qui a le moins de jours de classe : moins de 145 dans l’année, qui a le plus d’heures de cours par jour (elle passera de 5h15 à  6 h/jour) et qui est réputée être inégalitaire et avoir un enseignement médiocre, selon le classement PISA de L’OCDE : 26ème  sur 70. Mais ça, c’était en 2016. Gageons que la situation ne va pas s’améliorer dans les prochaines années.

Une autre école est possible

Si on repensait l’école avec des collectifs d’adultes ayant des compétences et des talents pédagogiques permettant à  chacun de s’épanouir dans l’apprentissage, où la collaboration remplacerait la compétition ; la valorisation remplacerait la sélection, où on apprendrait à  développer son analyse critique, à  devenir l’adulte et le citoyen de demain ?

A la rentrée, après avoir augmenté massivement les impôts, la commune supprimera aussi les NAP qui avaient justement cette vocation : créer une réelle éducation populaire. A Deuil-La barre, l’école de la république, variable d’ajustement budgétaire, est sacrifiée en l’absence de vision politique.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil Â», site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuil

En espérant que la majorité se souvienne davantage de ses promesses de campagne…

Bonne année 2017

Tribune des mois de janvier/février 2017

Augmentation massive des impôts

Madame le Maire, élue depuis 28 ans dans notre ville et Vice-Présidente du Conseil Départemental a voté l’augmentation de 30 % la part départementale des impôts fonciers!

Rappel de l’engagement numéro1 : « je réduirai la pression fiscale des ménages... ».

Augmentation vertigineuse de la dette

La majorité a, depuis 2014, fait exploser notre dette : de 30 à 41 millions d’euros, léguant aux générations futures une commune en situation de surendettement. Avons-nous les moyens de nos prochains investissements ?

Rappel de l’engagement 1 : « je réduirai la  dette de la commune ».

Les Deuillois exclus du processus démocratique.

La majorité a supprimé la cantine le mercredi pour les enfants n’allant pas au centre de loisirs et imposé un règlement intérieur autoritaire dans les écoles. Tout est joué : les citoyens ne sont pas concertés.

Rappel de l’engagement numéro 2 : «je mettrai en place des instances de concertation».

Une majorité en faveur du BIP

Vice-présidente du département, Madame le Maire a voté pour l’avenue du Parisis (BIP) Est, prélude au bouclage complet du BIP à travers notre commune.

Rappel de l’engagement numéro 13 : « Refuser le Bip » !

Toujours moins pour les familles

Fermeture de la Maison de la Réussite Educative et de la Crèche Familiale.

Rappel de l’engagement numéro18 : « favoriser la réussite éducative des enfants et des jeunes… ».

Une majorité pour les grandes surfaces

Construction d’un Leclerc Drive à Saint Brice porté par la nouvelle Communauté d’agglomération.

Rappel de l’engagement 3 : « favoriser le commerce et  l’emploi de proximité ».

Une légalité à géométrie variable

La majorité a réalisé et diffusé dans toutes les boites  aux lettres avec nos impôts,  un cahier spécial sur ses réalisations en matière de sécurité,  sans donner l’opportunité à la minorité (2 000 électeurs) d’y participer ; violant ici l’article L.2121-27-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT).

Le groupe « Changer Deuil » sera cette année encore aux côtés des Deuillois pour que les promesses d’un moment ne restent pas lettre morte et que leurs intérêts et ceux de la commune soient une priorité.

 

Meilleurs vœux à tous !

 

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzol, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

 

 

Crèche familiale : Encore la politique du choc !

Tribune des mois de novembre/décembre 2016

La municipalité annonce mi-septembre la fermeture de la crèche familiale au 31 décembre 2016 ! Cette structure accueille des enfants de moins de trois ans au domicile d’assistantes maternelles employées par la ville. Pourquoi la fermer ?

Des arguments discutables

Les parents privilégient l’accueil collectif à l’accueil individuel ? Certes, mais ils privilégient aussi l’accueil en crèche familiale à celui chez une assistante maternelle libérale…

La crèche familiale ne fait pas le plein ? Comment l’expliquer au vu du nombre des 450 demandes non satisfaites ? Comment a-t-on pu passer d’une capacité d’accueil de 74 enfants à 48 enfants accueillis au premier semestre 2016, et seulement 27 cette année ? On pense à une mauvaise gestion ayant conduit à la dégradation du service ou à une volonté de détruire un service trop coûteux pour une mairie qui s’était engagée « à favoriser la réussite éducative des bébés » (engagement 18) ?

Une méthode inacceptable

Pense-t-on aux bouleversements que cela implique pour les enfants ? Peut-on accorder à des parents une place en crèche familiale au mois d’août pour leur annoncer la fermeture de celle-ci mi-septembre ? Est-il concevable de laisser aux 21 assistantes maternelles licenciées trois mois pour décider de leur avenir (retraite, reconversion, statut indépendant) ? Les assistantes maternelles et les parents, mis devant le fait accompli, souhaitent que la décision de fermeture soit au moins reportée à la fin de l’année scolaire en cours afin de permettre une mise en œuvre plus sereine. Seront-ils entendus ?

Une politique « à la hache »

Si l’on peut entendre les arguments financiers, la méthode est une fois de plus digne d’une politique du choc : une méthode qui consiste à prendre des décisions sans concertation et à les mettre en œuvre de façon expéditive, mettant ainsi en difficulté les personnes concernées : pour empêcher toute réaction efficace de leur part ?

Cette décision intervient après la restriction de l’accès aux cantines scolaires le mercredi, l’augmentation des tarifs et le durcissement du règlement intérieur des activités périscolaires et la fermeture de la maison de la réussite éducative… malgré son second engagement de « mettre en place des instances de concertation et de participation pour les Deuillois ». Devrions-nous nous réjouir de cette municipalité décidée à tenir à tout prix sa promesse de ne pas augmenter les impôts en détruisant progressivement des services à la population et en augmentant des charges incombant à certains de ses administrés ?

Pendant ce temps, Madame Scolan vice-présidente du Conseil départemental a augmenté nos impôts de 31 %! Encore un choc !

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuilE

Un budget inquiétant et sans vision politique

Tribune du groupe “ChangeZ Deuil

 Elus minoritaires, élus à part entière

Mars 2015

Lors du Débat d’Orientation Budgétaire du conseil municipal du 9 février dernier, nous avons peiné à trouver une orientation. Dans le document de préparation du conseil nous ne trouvons pas non plus les moyens de redresser les comptes de la commune

De grandes difficultés financières 

En plus des emprunts toxiques (tribune de février), les dotations provenant de l’État sont en baisses. Concernant les investissements, le Conseil général réduit ses subventions alors que la majorité de droite a augmenté la taxe foncière 41 %.

La majorité municipale évoque « des efforts de fonctionnement pour permettre un autofinancement » mais il n’y a aucune baisse des dépenses de fonctionnement prévu dans ce projet de budget.

Une seule réponse : l’emprunt mais il manque toujours 1,5 million

Nous notons un recours à l’emprunt à hauteur de 5 millions, soit 15 % d’augmentation d’endettement de 2015 à 2016. Comment parler de désendettement en 2016 et 2017? D’ailleurs l’ endettement envisagé ne diminue pas : 27.5 M€ en 2017 pour 24.6M€ en 2014.

Il est prévu une épargne nette négative de 1.3 M€ page 13 et malgré l’emprunt de 5 millions d’euros, il manque toujours environ 1.5 M€. dans ce projet budgétaire.

Pas de réduction des inégalités territoriales et une augmentation des impôts en vue

La majorité municipale ne propose pas qu’Enghien fasse, au sein de la CAVAM, plus d’effort fiscal, alors que cette ville perçoit annuellement 20 millions d’un établissement de jeu en délégation de service public. Pourquoi ne pas demander le transfère de la gestion de la patinoire à la CAVAM. Enfin, cette majorité s’était engagée à baisser les impôts : ils vont augmenter de 0.9%, une hausse annoncée dans la tribune de juin.

Quel est le projet politique ?

Les Deuillois attendent l’exposé de priorités de la majorité municipale, de sa stratégie. Quelle place pour notre ville dans la CAVAM ? Quelles sont les compétences que cette majorité est prête à transférer à la nouvelle communauté d’agglomération ? Quelle est sa vision d’une politique de la jeunesse, de la sécurité, du développement durable ? Quelle politique sociale dans un contexte financier difficile ?

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard site http://changerdeuil.fr/, rendez-vous en mairie : fabrice.rizzoli@changerdeuil.fr

Deuil-La barre : au coeur de l’économie casino

Tribune du groupe “ChangeZ Deuil

 Elus minoritaires, élus à part entière

Février 2015

Le 31 janvier 2015, les 140.000 frontaliers français qui travaillent en Suisse ont vu leur salaire augmenter de 20 %. Au même moment, le taux d’intérêt concernant un emprunt pour 5 millions d’euros est passé de 15 % à 26 %? Le salaire des « frontaliers » et le remboursement des Deuillois ont en effet un point commun : la parité Euro/Franc suisse.

Un prêt ? Non : un produit financier toujours en faveur du banquier

La ville doit rembourser pendant 25 ans, 2 emprunts « structurés » dont un :

– Indexé sur le Franc Suisse depuis le 1/08/2013

– A taux variable « non capé » à la hausse, sans limite : un puits sans fond !

– Un taux capé à la baisse

– Des frais exorbitants pour en sortir et donc dissuasifs

Mais comment la majorité municipale a-t-elle pu signer un contrat dans laquelle, elle ne peut que perdre ? Indexés sur le hasard (la valeur d’une monnaie), ces emprunts ne sont pas des prêts mais des produits financiers. Or, dans un produit financier, celui qui met de l’argent devrait pouvoir gagner. Malheureusement, avec de tels contrats, seul le prêteur est gagnant.

Alors que depuis 3 ans, la Banque Nationale Suisse maintenait sa monnaie (CHF) à 1.20 CHF pour 1 euro, depuis le 15 janvier dernier, elle a libéré sa monnaie. Aujourd’hui, 1 CHF est égal à 1 euro ; pour faire simple :

Si 1.40 CHF vaut 1 euro : le taux de l’emprunt de 5 millions d’euros est de 7.5 %

Si 1.20 CHF vaut 1 euro : le taux passe à 16 %

Si 1 CHF vaut 1 euro, le taux arrive à 29 %!

Mais nous sommes peut-être sauvés par la chance car c’est le 13 juillet 2015 que sera validé, pour les 12 mois suivants, le taux de remboursement des 3 millions restant à payer… en fonction du prix du France suisse à cette même date.

Deuil-La barre : sa démocratie participative… ses impôts… son casino ?

A l’image du Grand Paris ou de l’élargissement de la communauté d’agglomération (magazine de décembre), il n’y a aucune tentative d’implication des Deuillois concernant les finances locales. Aujourd’hui, si nous choisissions de payer les traites de cet emprunt par l’impôt, ces derniers devraient augmenter de 3,5 % !

Il est bien regrettable que notre ville déjà à la périphérie d’Enghien les Bains ait voulu elle aussi se mettre aux jeux de hasard.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard site http://changerdeuil.fr/ , rendez-vous en mairie : « fabrice.rizzoli@changerdeuil.fr »

Des engagements ? Acte 2 : la baisse des impôts…

Tribune du groupe “ChangeZ Deuil

 Elus minoritaires, élus à part entière

Juin 2014

Lors du dernier conseil municipal, nous nous sommes abstenus sur le vote des taux d’imposition communaux pour l’année 2014.

Le gel du taux et de l’alternance

Faute d’information suffisantes sur le budget,  comment nous engager sur le volet recettes, même partiel, sans connaître, même grossièrement, le volet des dépenses. On aurait pu croire qu’une nouvelle majorité nous aurait proposé un petit débat d’orientation budgétaire. Mais ce sont bien les mêmes élus qui ont voté toutes les hausses d’impôts, lors du précédent mandat. Ils ont même voté le budget fin 2013 tout en se présentant aux élections contre le maire de l’époque et promettant une baisse d’impôt ! C’est bien l’absence de renouvellement qui permet un vote aussi important sans que cela soit débattu en commission des finances..

Vers une inéluctable augmentation des impôts ?

Sur un budget municipal d’environ 34 millions d’euros, le prélèvement de l’impôt local représente 40% des recettes de la ville. Au cours de ce conseil, la majorité proposait un gel des taux c’est à dire exactement ce que proposait la liste « Changez Deuil » dans son programme…

Dans le même temps, la note préparatoire du conseil expliquait l’impact sur les recettes de la faible augmentation des « bases fiscales » (valeur locative cadastrale), 0,90%, fixées par l’administration de Bercy. Lors du conseil municipal, nous avons donc posé la question suivante : avec cette augmentation des dites « bases », les administrés ne risquent-ils pas de subir une augmentation de leurs impôts ?

La réponse fut « non, il n’y aura pas d’augmentation d’impôts »… Or, nous pouvons affirmer que les impôts locaux de chaque Deuillois vont augmenter de 0,90%.

La promesse de baisser les impôts, déjà, mise à mal

La liste de droite, « Des engagements et des actes » soutenue par l’UDI, avait promis de «baisser substantiellement les taux d’impôts décidés au niveau communal». Et pour cause, les impôts à Deuil–La Barre ont augmenté de 40% en deux mandatures. L’actuel maire qui attaque son 4ème mandat de conseillère municipale vient donc de rompre, déjà, sa promesse : une augmentation n’étant pas une baisse !

Face à l’affaiblissement des ressources (baisses des dotations de l’Etat) et face à l’augmentation incompressible des dépenses (réforme des rythmes scolaires), il était démagogique, de la part de cette majorité, de faire croire aux Deuillois qu’ils payeraient moins d’impôts.

Fabrice Rizzoli, Marie Penicaud, Alain Parant, Brigitte Goch-Bauer, groupe « Changez Deuil »