Bilan de 5 ans de désengagement et d’inaction

Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil »

Élus minoritaires, élus à part entière!

 

Il y a 5 ans, auriez-vous voté pour une équipe qui vous promettait de s’engager à :

  • augmenter vos impôts de plus 10 % et la dette de plus de 40% en promettant le contraire,  quand elle se savait empêtrée dans des emprunts toxiques qu’elle avait contractés lors de son précédent mandat ? (Engagement 1)

 

  • créer des organes de concertations qui n’ont eu aucune incidence sur les décisions en conseil municipal ? (Engagement 2)

 

  • voter en conseil intercommunal la prolifération de centres commerciaux sur le territoire proche, au détriment d’une dynamique commerciale et d’entreprise de proximité indispensable pour l’emploi ? (Engagement 3)

 

  • subir la fermeture du PN4 décidée par « Ile de France Mobilité » sans élaborer une réelle réflexion sur le plan de déplacement urbain et la promotion des nouvelles mobilités urbaines ? (Engagement 4 et 5)

 

  • s’empêtrer dans un montage immobilier hasardeux pour accueillir un commissariat qui ne permettra pas plus de d’agents sur le terrain, juste des fonctionnaires dans leurs bureaux ? (engagement 7 et 8)

 

  • miter le territoire de nouveaux programmes immobiliers pour répondre aux injonctions prévisibles du schéma directeur d’Ile de France ? (engagement 9)

 

  • ne pas respecter le quota de logements sociaux au point de perdre tout droit de décider de l’attribution du parc social ? (engagement 10)

 

  • fermer la patinoire devenue indigne de la commune parce qu’elle n’a jamais investi le nécessaire pour éviter qu’elle devienne dangereuse ? (engagement 11)

 

  • laisser se dégrader les parcs publics, voire même à grignoter leur terrain pour construire des bâtiments ? (engagement 12)

 

  • voter au département la construction de l’avenue du Parisis (BIP) Est, ouvrant ainsi la porte à sa réalisation sur notre territoire ? (engagement 13)

 

  • refuser de filmer et diffuser les CM sur les réseaux sociauxet n’avoir aucune réflexion sur les projets de smart-city, tout en prétendant inscrire le numérique dans chaque action ? (engagement 20)

On vous laissera aussi apprécier la flagrante contradiction entre exiger la création d’une nouvelle voie de circulation RD928 – RD311 (engagement 14) et la lutte contre toute nuisance sonore et pollution (engagement 15).

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Budget 2019 – Une majorité sans souffle et sans inspiration

Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil »

Élus minoritaires, élus à part entière!

Tribune des mois de janvier/février 2019

 

Lors du dernier conseil municipal a eu lieu le vote du budget 2019. Nous avons voté contre. Voici pourquoi :

Un budget équilibré grâce à nos impôts…

Rappelons la promesse N°1 de la majorité actuelle sur la base de laquelle elle a été élue en 2014 : « Réduire la pression fiscale des ménages et la dette de la commune ». Le moins qu’on puisse dire est que cette promesse a été piétinée : deux hausses successives des impôts locaux ont ponctionné les foyers deuillois de plus de cent euros par an en moyenne. La dette de la commune a explosé, augmentant de plus de 40%.

Au passage,  les services publiques ont augmenté, certains ont disparu (Nouvelles Activités Périscolaires, patinoire…) et les associations ont vu leurs subventions baisser.

Certes, pour la première année depuis 2014, l’épargne nette (le « résultat » de la commune) est positive.  Mais l’endettement restera à un niveau très élevé jusqu’à la prochaine mandature.

4 ans d’inaction

Si le budget reprend quelques couleurs à un peu plus d’un an des prochaines élections municipales, il ne suffira pas à effacer 4 années d’inaction. D’ailleurs, l’investissement prévisionnel ne couvre pour l’essentiel que des travaux courants : réfection de voirie, de bâtiments… La redynamisation du centre-ville attendra donc. Quant aux « grands projets » dont on entend parler depuis le début du mandat : fermeture du PN4 et commissariat, on a appris, en réponse à des questions précises, que l’un était reporté en 2022 et que l’autre était aujourd’hui en suspens. Enfin, nous n’avons plus de nouvelles de l’agenda 21, destiné à rendre la ville « exemplaire » en matière d’environnement.

Manque d’ambition

Pas de signal non plus concernant la façon dont la commune compte s’y prendre pour faire face à l’augmentation prévisionnelle de la population de 15% d’ici une dizaine d’années fixée par le Schéma Directeur de la région Ile de France. Seule avancée, dans la foulée d’Epinay et d’Enghien qui l’ont déjà mis en place, un budget participatif d’un montant très modeste (2€/habitant) à la hauteur des ambitions de la commune en matière de démocratie participative. Pourquoi ne pas en doter chaque conseil de quartier pour réellement impliquer les habitants de notre commune dans des projets de proximité ?

 

Notre groupe vous adresse à toutes et tous ses meilleurs vœux pour 2019 !

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil »,

site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Deuil-la Barre dans le livre des records… pour… budget non équilibré

 

 Tribune des mois de septembre-octobre 2018

 Une seconde semonce de la Chambre Régionale des Comptes (CRC)

Le 11 mai dernier, le préfet a saisi la (CRC)  pour « budget non équilibré » contrairement à l’obligation qui en est faite à toute collectivité. Cette situation n’est ni anodine ni courante. Au cours des 5 dernières années, la CRC d’IDF n’a épinglé que 3 collectivités. Mais une seule ville connaît ce sort deux années de suite : Deuil-La Barre !

 Bricolage budgétaire

Alors négligences ? incompétence ? Sans doute mais pas uniquement. En effet, la majorité a délibérément choisi d’avoir recours à des inscriptions insincères et de ne pas voter un budget en équilibre réel afin de passer le difficile cap de l’échéance d’un prêt relai contracté en 2016.

Pour rappel, fin 2016, devant la gravité de la situation, la CRC avait imposé un plan de redressement des finances communales. En 2018, loin de décerner un satisfecit de bonne gestion, comme la municipalité le prétend, la CRC note que, cette année, les grandes lignes de ce plan sont globalement suivies. C’est un minimum ! Néanmoins, la CRC et les services de la préfecture ont des raisons d’être vigilants : l’an dernier, notre commune s’en était écartée dès sa signature en empruntant plus que ce sur quoi elle s’était engagée !

Des problèmes financiers historiques…

Comme nous en avons déjà fait état dans cette tribune, les racines de ces errements budgétaires sont multiples : dépenses non maîtrisées, investissements illisibles et poids des emprunts toxiques, certes négociés sous la mandature précédente, mais dont l’actuelle majorité était largement partie prenante.

 A quand une ville tournée vers l’avenir?

Nous sommes toujours dans l’attente d’un projet politique clair, ciblé sur l’essentiel, c’est-à-dire au service des Deuillois. Ce projet politique donnerait enfin à Deuil-La Barre l’image d’une ville dynamique, durable et non engluée dans des dérives budgétaires sans fin.

Nous formons à cet égard le vœu que pour la première fois depuis trois ans notre commune puisse enfin afficher en 2019 un budget en équilibre …

Nous vous souhaitons une bonne rentrée à tous.

 

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/https://www.facebook.com/

Budget 2017 – “plus de dettes, plus d’impôts, moins de services”

Tribune des mois de mai/juin 2017

AUGMENTATION MASSIVE :

DE VOS IMPÔTS : plus 30 % la part départementale des impôts fonciers et plus de 10 % des impôts de la commune dans les deux prochaines années,

– DE VOTRE DETTE : 2014 : 24 millions d’euros. Prévisionnel 2021 : 32 millions.

 

MOINS :

 DE SERVICES : fin des nouvelles activités périscolaires, fermeture de la crèche familiale, suppression partielle de la cantine le mercredi, report des travaux de mise aux normes pour les personnes handicapées.

 

 DE DÉMOCRATIE LOCALE : pas de démocratie participative (promesse de campagne, de concertation municipale, ni de respect de l’opposition.

 

L’amnésie pour politique :

La majorité affirme que, lors de la campagne des municipales de 2014, elle ne connaissait pas les problèmes budgétaires de la Nation engendrée par la gestion catastrophique de M. Sarkozy et de M. Fillon : entre 2007 et 2012, la dette publique a augmenté de 600 milliards d’euros et le déficit public de 53 milliards.

Non, la future majorité municipale savait pour la baisse des dotation de l’état ! Son premier tract de campagne stipulait : « Toutes les informations dont nous disposons témoignent d’une prochaine diminution des ressources communales provenant de l’État, mais aussi de la région et du département… » tout en promettant une baisse de la pression fiscale des Deuillois…

 

L’incompétence pour politique

Après avoir voté les emprunts toxiques (moins de 4 % des communes concernées en France), la droite locale vous fait passer, chers Deuillois, à la caisse : 1 million 200.000 d’euros cette année ! Depuis 5 ans, les dépenses de fonctionnement de cette mairie explosent : de 22 millions en 2010 à 26 millions en 2014 avec pas moins de 1,5 millions d’euros d’augmentation en 2014. Les charges salariales augmentent à la même vitesse que diminuent les dotations de l’état.

 

Le conservatisme comme politique

Toute la vallée de Montmorency fréquente notre patinoire mais seuls les Deuillois paient chaque année plus de 500 000 euros pour son fonctionnement. Pendant ce temps, Enghien les bains reçoit annuellement 20 millions d’euros du produit des jeux du Casino … en délégation de service public, comme pour la patinoire…  A eux les gains, à nous les dépenses !

Le non respect de promesses électorales, que ce soient celles de la majorité de droite à Deuil-la Barre ou d’autres au niveau national, creuse l’écart entre les citoyens et le Politique, ce qui fait le jeu de l’abstention et du Front National.

Pour le groupe “ChangeZ Deuil”, Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, le site http://changerdeuil.fr/

Crèche familiale : Encore la politique du choc !

Tribune des mois de novembre/décembre 2016

La municipalité annonce mi-septembre la fermeture de la crèche familiale au 31 décembre 2016 ! Cette structure accueille des enfants de moins de trois ans au domicile d’assistantes maternelles employées par la ville. Pourquoi la fermer ?

Des arguments discutables

Les parents privilégient l’accueil collectif à l’accueil individuel ? Certes, mais ils privilégient aussi l’accueil en crèche familiale à celui chez une assistante maternelle libérale…

La crèche familiale ne fait pas le plein ? Comment l’expliquer au vu du nombre des 450 demandes non satisfaites ? Comment a-t-on pu passer d’une capacité d’accueil de 74 enfants à 48 enfants accueillis au premier semestre 2016, et seulement 27 cette année ? On pense à une mauvaise gestion ayant conduit à la dégradation du service ou à une volonté de détruire un service trop coûteux pour une mairie qui s’était engagée « à favoriser la réussite éducative des bébés » (engagement 18) ?

Une méthode inacceptable

Pense-t-on aux bouleversements que cela implique pour les enfants ? Peut-on accorder à des parents une place en crèche familiale au mois d’août pour leur annoncer la fermeture de celle-ci mi-septembre ? Est-il concevable de laisser aux 21 assistantes maternelles licenciées trois mois pour décider de leur avenir (retraite, reconversion, statut indépendant) ? Les assistantes maternelles et les parents, mis devant le fait accompli, souhaitent que la décision de fermeture soit au moins reportée à la fin de l’année scolaire en cours afin de permettre une mise en œuvre plus sereine. Seront-ils entendus ?

Une politique « à la hache »

Si l’on peut entendre les arguments financiers, la méthode est une fois de plus digne d’une politique du choc : une méthode qui consiste à prendre des décisions sans concertation et à les mettre en œuvre de façon expéditive, mettant ainsi en difficulté les personnes concernées : pour empêcher toute réaction efficace de leur part ?

Cette décision intervient après la restriction de l’accès aux cantines scolaires le mercredi, l’augmentation des tarifs et le durcissement du règlement intérieur des activités périscolaires et la fermeture de la maison de la réussite éducative… malgré son second engagement de « mettre en place des instances de concertation et de participation pour les Deuillois ». Devrions-nous nous réjouir de cette municipalité décidée à tenir à tout prix sa promesse de ne pas augmenter les impôts en détruisant progressivement des services à la population et en augmentant des charges incombant à certains de ses administrés ?

Pendant ce temps, Madame Scolan vice-présidente du Conseil départemental a augmenté nos impôts de 31 %! Encore un choc !

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuilE

Budget : l’austérité au programme

 Tribune du groupe d’opposition « Changez Deuil »

Élus minoritaires, élus à part entière!

Tribune des mois de mai/juin 2016

Budget : l’austérité au programme

Des finances dans le rouge vif…

Les chiffres qui nous ont été présentés à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire du 4 avril dernier suivi du vote du budget primitif de la ville le 11 avril sont particulièrement préoccupants.

Ils font apparaître une épargne nette largement négative, de – 1 à -2 M€ de façon quasi-ininterrompue de 2014 à 2018. La commune est donc dans l’incapacité de faire face au remboursement du capital de ses nombreux emprunts avec son épargne propre.

… que les facteurs externes ne sauraient expliquer

Bien que martelée avec insistance par la majorité en place, la baisse progressive de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) versée par l’état aux communes, aussi avec nos impôts, est loin de justifier à elle seule cette mauvaise santé financière. La sortie des emprunts toxiques (taux variables non plafonnés) contractés par la majorité (à savoir 5, 4 M€ en 2007 et 3,4 M€ en 2010), a nécessité de recourir à un nouvel emprunt de 12,4 M€. Cette même majorité annonce dans son magazine une charge supplémentaire pour les Deuillois de seulement 0,7M€ au total par rapport à des emprunts à taux fixe. Nous estimons, pour notre part, que ce chiffre est beaucoup plus élevé même si une bonne partie du surcoût est pris en charge par l’état, encore et toujours avec nos impôts.

Les causes de la mauvaise santé financière de la ville sont donc à chercher ailleurs. En témoignent les dépenses de fonctionnement en forte hausse ces dernières années, comme nous l’avons pointé dans notre tribune précédente.

Des investissements durablement contraints

Les réponses de la municipalité pour équilibrer le budget s’apparente à une fuite en avant : nouvel emprunt de 2,5 M€ et vente de biens immobiliers, propriété de la commune, pour environ 1,5 M€. A cela s’ajoute encore une baisse de la subvention de fonctionnement du CCAS, l’optimisation des dépenses de fonctionnement (seulement 360 k€ sur 27 M€), la « valorisation » du patrimoine et des services municipaux (hausse du prix de la cantine scolaire, location de salles, etc.) au motif que dorénavant il faut faire payer les usagers.

Au-delà de ces réponses de court terme, se profile une baisse durable des dépenses d’investissement qui ne sont déjà pas vaillantes. Pourtant, les besoins de notre commune sont indispensables en matière de rénovation d’écoles, de mise en accessibilité de l’espace public sans parler d’un véritable programme de rénovation des bâtiments dans le cadre de la transition énergétique.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayard pour le groupe

 « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/