Crèche familiale : Encore la politique du choc !

Tribune des mois de novembre/décembre 2016

La municipalité annonce mi-septembre la fermeture de la crèche familiale au 31 décembre 2016 ! Cette structure accueille des enfants de moins de trois ans au domicile d’assistantes maternelles employées par la ville. Pourquoi la fermer ?

Des arguments discutables

Les parents privilégient l’accueil collectif à l’accueil individuel ? Certes, mais ils privilégient aussi l’accueil en crèche familiale à celui chez une assistante maternelle libérale…

La crèche familiale ne fait pas le plein ? Comment l’expliquer au vu du nombre des 450 demandes non satisfaites ? Comment a-t-on pu passer d’une capacité d’accueil de 74 enfants à 48 enfants accueillis au premier semestre 2016, et seulement 27 cette année ? On pense à une mauvaise gestion ayant conduit à la dégradation du service ou à une volonté de détruire un service trop coûteux pour une mairie qui s’était engagée « à favoriser la réussite éducative des bébés » (engagement 18) ?

Une méthode inacceptable

Pense-t-on aux bouleversements que cela implique pour les enfants ? Peut-on accorder à des parents une place en crèche familiale au mois d’août pour leur annoncer la fermeture de celle-ci mi-septembre ? Est-il concevable de laisser aux 21 assistantes maternelles licenciées trois mois pour décider de leur avenir (retraite, reconversion, statut indépendant) ? Les assistantes maternelles et les parents, mis devant le fait accompli, souhaitent que la décision de fermeture soit au moins reportée à la fin de l’année scolaire en cours afin de permettre une mise en œuvre plus sereine. Seront-ils entendus ?

Une politique « à la hache »

Si l’on peut entendre les arguments financiers, la méthode est une fois de plus digne d’une politique du choc : une méthode qui consiste à prendre des décisions sans concertation et à les mettre en œuvre de façon expéditive, mettant ainsi en difficulté les personnes concernées : pour empêcher toute réaction efficace de leur part ?

Cette décision intervient après la restriction de l’accès aux cantines scolaires le mercredi, l’augmentation des tarifs et le durcissement du règlement intérieur des activités périscolaires et la fermeture de la maison de la réussite éducative… malgré son second engagement de « mettre en place des instances de concertation et de participation pour les Deuillois ». Devrions-nous nous réjouir de cette municipalité décidée à tenir à tout prix sa promesse de ne pas augmenter les impôts en détruisant progressivement des services à la population et en augmentant des charges incombant à certains de ses administrés ?

Pendant ce temps, Madame Scolan vice-présidente du Conseil départemental a augmenté nos impôts de 31 %! Encore un choc !

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/, https://www.facebook.com/changez.deuilE

Concertation : de qui se moque-t-on ?

Élus minoritaires, élus à part entière !

Tribune mars 2016

 Après avoir annoncé en mai 2015 qu’elle supprimait, dès la rentrée, la cantine du mercredi pour les enfants n’allant pas au centre de loisirs, la majorité impose en décembre 2015 un règlement intérieur modifiant les conditions d’inscription aux activités périscolaires à compter de janvier 2016. Puis, la majorité augmente aussitôt les tarifs des services périscolaires et, surtout, ceux de la cantine ! Changer les règles dans l’urgence et par la force semble être devenu la règle.

RI périscolaire : des devoirs mais pas de droits !

Ce document, fruit d’un passage en force lors du conseil municipal de décembre (cf. tribune de février 2016) et distribué aux parents juste avant son entrée en vigueur… manque de rigueur et de clarté, notamment sur la définition des types d’accueil. Il acte les obligations des familles en matière d’inscription et de paiement mais, contrairement à ceux d’autres villes, comme Montmorency ou Enghien, ne comporte aucune indication sur les assurances, le droit à l’image, l’hygiène et la sécurité… Rien non plus sur les obligations et le fonctionnement des services, ni sur le respect des règles collectives (droits et devoirs du personnel, des familles, des enfants).

RI périscolaire : contrainte et autoritarisme

Pour les activités d’Inisports, l’interruption de l’activité sur présentation d’un certificat médical n’entraîne pas de pénalité, mais un mois de carence est retenu… Qu’est-ce donc qu’une pénalité pour la majorité ? L’inscription au centre de loisirs du mercredi doit être faite jusqu’à 45 jours à l’avance ! Aucune annulation sans frais n’est possible pendant ce délai, même avec un certificat médical, puisqu’un jour de carence est retenu (et qu’il est rare qu’un enfant soit malade deux mercredis de suite). Beaucoup de villes autorisent la modification des inscriptions dans des délais bien plus raisonnables, et sans justificatif, notamment Montmorency et même Saint-Gratien.

RI périscolaire : promesses et renoncements

La majorité, au pouvoir depuis des lustres, veut mieux organiser les personnels pour faire des économies… sur le dos des usagers. Pendant ce temps, aucune économie n’est prévue sur les dépenses des personnels, toujours aussi élevées, et l’engagement numéro 3, celui de la participation des Deuillois à la vie municipale, est foulé aux pieds.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard Le site http://changerdeuil.fr

Périscolaire – Rétention de documents – Zizanie au Conseil Municipal

Tribune de février 2016

Périscolaire : un passage en force inacceptable

Afin de préparer les séances du Conseil Municipal, ce dernier a créé plus d’une quinzaine de commissions. Comme le précise l’article 31 du règlement de ce conseil, elles « instruisent les affaires qui leurs sont soumises et en particulier, les projets de délibérations intéressant leur secteur d’activité… élaborent un rapport (…) communiqué à l’ensemble du Conseil Municipal ». A cette fin, nous demandons depuis le début de mandat que les documents de travail soient transmis aux membres des commissions en même temps que la convocation. Sinon comment préparer une commission ? Depuis 2014, Madame le Maire étudie cette possibilité…

Rétention de documents et ordre du jour incomplet

Lors d’une réunion début décembre, les membres de la commission Jeunesse et Sport sélectionnent les séjours d’hiver à partir d’un document de 24 pages qui ne leur ont pas été transmis en amont et qu’ils découvrent donc au fur et à mesure ! En fin de commission, alors que cette question ne figure pas à l’ordre du jour, la présidente de la commission présente le nouveau « règlement intérieur de la restauration scolaire, des NAP, des accueils périscolaires et activités extrascolaires de la  jeunesse et des sports » destiné à éviter des désistements de dernière minute, coûteux pour la collectivité. Elle défend un document travaillé depuis de longs mois hors commission ! Il n’est pas donné l’occasion aux membres de la commission de lire ni d’amender ce « document de travail » de 7 pages, dont on nous assure qu’il sera finalisé avant présentation au prochain Conseil Municipal. C’était pourtant bien la vocation de cette commission de travailler sur ce document.

Zizanie au Conseil Municipal

Lors du Conseil Municipal de mi-décembre, la majorité présente le même document de travail dans la précipitation, en totale contradiction avec le règlement intérieur du Conseil. Le Conseil Municipal tente de suppléer aux carences du texte en proposant quelques amendements, en vain… Sans sourciller, tous les conseillers majoritaires votent pour un règlement intérieur mal présenté, incomplet, avec nombre d’incohérences alors qu’il engagera les familles ! Notre groupe refuse de prendre part au vote et nous nous interrogeons sur cette majorité capable de prendre des décisions bâclées, contradictoires, mettant à mal les fondements de notre démocratie locale.

Fabrice Rizzoli, Alain Parant, Brigitte Goch Bauer, Vincent Gayrard pour le groupe « ChangeZ Deuil », site http://changerdeuil.fr/